logo


Logo AlptisEn partenariat avec l’Agefi Actifs et Molitor Consult, pour la deuxième année consécutive, le groupe de protection sociale Alptis et l’Unep (Union Nationale d’Epargne et de Prévoyance) ont lancé une enquête sur le thème de la prévoyance auprès des CGPI (conseillers en gestion de patrimoine indépendants) et de leurs clients.

L’objectif de ce baromètre est de mesurer le potentiel existant pour les CGPI sur le marché de la prévoyance, ainsi que de cerner les attentes et les besoins de leurs clients – chefs d’entreprise, professions libérales, cadres – en la matière.

Les résultats de la 1ère vague – auprès des clients de CGPI – viennent d’être publiés. Une 2ème vague de l’enquête est en cours auprès des CGPI eux-mêmes, pour des résultats qui seront publiés à l’automne.

Près de 50 % des clients des CGPI manquent d’informations sur la prévoyance

Le premier volet du baromètre « Les CGPI et la prévoyance » montre que près de la moitié (48,7 %) des clients des CGPI estiment ne pas avoir suffisamment d’information en matière de prévoyance.

Ce résultat peut être mis en relation avec la question : « Avez-vous déjà réalisé un bilan de prévoyance ? », à laquelle seulement 8,2 % répondent positivement. Ceci signifie donc que plus de 91 % des clients des CGPI n’ont pas d’éléments précis leur permettant de savoir si leur couverture est adaptée et suffisante, en cas de coup dur, pour les protéger, eux et leur famille. Le déficit de conseil apparaît clairement.

Une montée en puissance des préoccupations sur la dépendance

Le baromètre 2014 fait un focus sur le thème de la dépendance. Même s’ils ne savent pas comment financer ce risque, la prise de conscience de cette problématique apparaît clairement : c’est en effet un sujet de préoccupation pour 89,6 % des clients des CGPI.

La question du mode de financement les interpelle fortement, qu’ils soient chefs d’entreprise, cadres ou professions libérales. Ils sont 63,5 % à reconnaître qu’ils ne savent pas comment financer ce risque de perte d’autonomie. Ceci laisse donc une large place aux opérateurs et à leurs relais pour proposer à ces populations des solutions pour se couvrir en vue du vieil âge. Les clients des CGPI ont les moyens de se protéger, il est essentiel de leur apporter un conseil expert et personnalisé.

La retraite, autre préoccupation liée à l’âge, est considérée par 96,2 % des clients des CGPI comme une échéance liée à la prévoyance, et non à l’épargne. Là aussi, les attentes et la demande de conseil sont importantes, aux CGPI de savoir y répondre dans une démarche globale d’accompagnement de leurs clients.

Les CGPI sont légitimes sur la prévoyance

Si les clients des CGPI sont encore loin d’avoir le réflexe de les solliciter pour leur couverture prévoyance, ils leur reconnaissent cependant une véritable légitimité en la matière, dans le cadre d’une approche patrimoniale globale. Beaucoup souhaitent même que les CGPI adoptent une démarche proactive en proposant à leurs clients un bilan et des solutions adaptées et personnalisées.

Aujourd’hui, la prévoyance ne représente que 5 % du chiffre d’affaires global de la profession des conseillers en gestion de patrimoine indépendants. Cette faiblesse structurelle demeure, malgré le travail de rénovation de la gamme en prévoyance patrimoniale, réalisé ces dernières années par les fournisseurs des CGPI.

Télécharger les résultats de l’enquête du baromètre Alptis (PDF)

Pour aller plus loin : site d’Alptis

Enquête réalisée par téléphone en avril 2014 par la société Molitor Consult auprès de 450 clients de CGPI situés en France métropolitaine, dont 150 chefs d’entreprise, 150 professions libérales et 150 salariés cadres